Journal de PMA : Chapitre 2 – Du rêve au cauchemar

 

J’ai hésité avant de terminer cet article et de le poster, mais j’avais ce besoin d’écrire, comme j’aime souvent le dire j’avais besoin de « mettre des mots sur mes maux ». M’en délivrer m’aide à les surmonter…

Vendredi 8 mars 2019 –

Ce matin j’ai fait ma première prise de sang pour connaître le résultat de l’insémination. Je n’ai aucun symptôme particulier, je suis certes un peu fatiguée (ce que je mets sur le compte du boulot, qui ces derniers temps a été très éprouvant) et j’ai un très gros appétit, il est vrai que je mange deux fois plus que le chéri, j’ai sans cesse faim (Sans doute dû au traitement hormonal). Aucune douleur au sein, pas de nausée, pas de réels changements. Plus tôt dans la matinée j’ai d’ailleurs fait savoir à mon chéri que j’ai, depuis quelques jours, des douleurs de règles et que par conséquent, pour moi, elles ne devraient plus tarder à arriver. Mon acné pré-menstruel se développe aussi, je n’ai donc pas grand espoir quant au résultat de la prise de sang.

A 17h30 je suis allée au labo rechercher mes résultats. Mon homme a absolument tenu à ce que nous ouvrions l’enveloppe ensemble, moi je n’étais pas trop pour. L’ouvrir à deux c’était y mettre encore plus d’espoir et peut-être accentuer la déception, mais il y tenait tellement … Je rentre, je le rejoins dans le canapé, et avant d’ouvrir le « précieux » je lui rappelle qu’on ne doit pas être déçus, que ce n’est que notre première tentative PMA, qu’on finira par y arriver (En réalité, je crois que c’était surtout moi que j’étais en train d’essayer de convaincre et de rassurer). J’ouvre l’enveloppe, près de lui mais il me laisse regarder seule, je bug sur le chiffre, Monsieur s’impatiente et me dit « Alors ? » . Au lieu d’un <5 habituel, je vois un 87 ! Sans même regarder le tableau d’indications mon cœur me frappe un grand coup !

-Euh je crois que … je ne sais pas … mais peut-être que … non ce n’est pas possible je dois mal comprendre ! »

Mon chéri me dit : « Mais de quoi ? Je ne comprends rien à ce que tu dis »

-Je crois que c’est positif !

-T’es sur que tu ne te trompes pas ?

Je regarde alors le tableau, et compare mon « 87 » avec les données, « 1 à 2 semaines de grossesse ».

-D’après le tableau je serais enceinte d’1 à 2 semaines, je lui montre le résultat.

Le chiffre est sous mes yeux, mais je n’ose y croire. Il m’aura fallut l’appel de ma collège, l’appel de ma cousine, un message posté aux copines de PMA sur twitter et par conséquent recevoir des dizaines de « félicitations » pour comprendre que je ne me trompe pas … L’insémination a fonctionné ! Le chéri accueille la nouvelle avec beaucoup de prudence et une distance émotionnelle, il reste inexpressif, il a lui aussi beaucoup de mal à y croire et préfère attendre l’appel de notre sage-femme.

Lundi 11 mars 2019 – 

Après appel de ma sage femme samedi, me félicitant et confirmant que la prise de sang est belle et bien positive et que le traitement n’a pas pu interférer, une nouvelle prise de sang m’est programmée. Je vais au labo ce lundi à 7h00 et retourne chercher les résultats à 18h00. J’ouvre l’enveloppe, le taux a bien augmenté je suis désormais à 347 ! la petite cellule est donc vraiment en train de se développer ! Le chéri est au boulot, seul, je l’y rejoins pour lui montrer ce nouveau résultat. Il ne saute pas partout, je vois qu’il prend sur lui mais il ne peut s’empêcher d’esquisser un petit sourire qui me remplit de joie, il est heureux je le sais, mais ne l’exprime pas ouvertement par peur, il est comme moi, il reste sur ses gardes.

Jeudi 14 mars 2019 – 

Comme ma sage-femme ma l’a demandé, je la rappelle pour prendre rendez-vous pour une première échographie. Nous avons rendez-vous dans 16 jour, soit le vendredi 29 mars. Les 15 jours qui nous séparent de cette première échographie vont être tellement longs ! J’ai hâte que l’on me confirme que bébé est déjà bien accroché et que nous sommes partis pour 9 mois, même si je garde en tête que le premier trimestre est le plus délicat et qu’il nous faut rester prudents.

Vendredi 29 mars  – 

Durant les 15 jours qui viennent de passer je me suis sentie très perturbée. Depuis les résultats de la prise de sang je me sens moins fatiguée, mon appétit féroce a bien diminué, mes douleurs signifiant que ma petite cellule s’accrochait ont cessé, les peu de symptômes que j’avais se sont évanouis. Je lis dans mon application que les premières nausées devaient commencer, qu’il se pouvait que je ressente des douleurs dans la poitrine, des sautes d’humeurs etc … Je n’ai aucun de ces symptômes. Je dis à mon chéri et à mon entourage que je me sens « vide », que je ne me sens pas enceinte. Ils me disent que c’est normal, qu’on ne réagit pas toutes de la même façon, mais au fond de moi je le sens, quelque chose cloche. Aujourd’hui l’échographie a lieu, j’ai hâte que les médecins me rassurent.

Je rentre dans la salle d’échographie, la gynéco me dit « alors vous venez cette fois-ci pour une bonne nouvelle » je lui réponds « je l’espère ». Elle me demande comment je me sens, je lui dit « un peu trop bien, c’est justement ce qui me fait peur, j’ai un mauvais pressentiment« . L’échographie est une échographie vaginale, dès leur que la séance commence je ne vois rien sur l’écran. Je ne suis peut-être pas médecin mais je sais que je devrais déjà apercevoir une poche. Puis la gynécologue me dit « vous voyez cette petite chose, c’est le sac embryonnaire ». Le sac embryonnaire ? Je sais qu’à 6 semaines de grossesse on n’est plus censé appelé cela un sac mais bien un embryon. Je lui dit alors « c’est bien trop petit pour la période où j’en suis  ! Je lui demande « Il a cessé de se développer ? » elle acquiesce.

La gynécologue nous laisse quelques minutes, je rejoins les bras de mon homme et pleure tout ce que je peux pleurer, c’est terminé !

Nous rencontrons la sage-femme qui m’explique que ce n’est pas très courant mais qu’il n’est pas rare non plus que le développement cesse. Elle tente de me rassurer en me disant qu’il n’y a aucun problème majeur et que nous y arriverons, mais moi ce nouvel échec ne me fait que douter davantage quant à nos chances de réussite. Elle nous oblige à avoir un cycle de repos, en me disant que mon corps s’est tout de même développé pour accueillir une grossesse et qu’il est hors de question de lui en faire subir davantage, elle nous programme un second essai pour mai/juin.

Je lui demande à voir une psychologue, j’ai besoin de parler de cet échec, j’ai besoin de relativiser et je sais que je n’y arriverai pas seule. Dans les heures qui ont suivi j’ai tout de suite été prise en charge par une psychologue/sexologue spécialisée dans le parcours PMA.

La chance que j’ai dans cette histoire c’est d’avoir une équipe qui prend du temps pour nous, une équipe PMA qui nous écoute, qui prend nos doutes, nos peurs en considération et qui ne nous lâche pas afin de pouvoir nous aider à mettre toutes les chances de notre côté.

Je passe bien évidement mon weekend à pleurer, mais j’ai l’immense chance d’être hyper bien entourée. Chaque membre de mon entourage, mon chéri, ma famille, mes amies ont des petits mots, des petites anecdotes positives. Ainsi que vos petits mots à vous et vos témoignages plein d’espoir.

Cette page à peine ouverte se ferme déjà, mais j’essaie de me dire que c’est un nouvel obstacle qui ne fait que me rapprocher davantage de toi mon bébé, je serai patiente, je t’attends …

5 commentaires pour “Journal de PMA : Chapitre 2 – Du rêve au cauchemar

  1. Si ce n est les vomissements assez violents ( mais j avais un blasto donc clairement pas au même niveau que toi en nombre de semaines ) je n avais vraiment aucuns symptômes.
    Et mêmes les vomissements / nausées peuvent ne rien signifier.
    Pleins de coeur sur toi 💕

    1. Merci beaucoup de me partager ton expérience comme à chaque fois ^^ Cela me fait toujours beaucoup de bien de te lire, cela me rassure et me permet de ne pas perdre espoir. Merci encore <3

  2. Coucou !
    Je suis tellement désolée de lire ça, je te l’ai déjà dit sur Twitter mais je te le redis ici. La PMA est un parcours qui peut être très long, une copine l’a vécu pour ses deux grossesses. Je comprends totalement ce sentiment d’échec, je n’aurai pas les mots justes pour te consoler. Je pense que c’est une bonne idée d’aller en discuter avec un psychologue. Le fait que tu te sentes entourer dans cette épreuve, que ça soit dans le cadre familial ou dans le cadre médical est essentiel.
    Je te souhaite plein de courage et ne désespére pas <3
    Bisous

    1. Je te remercie pour tes mots et tes encouragements <3 Ce n'était que la première insémination, les médecins m'ont dit que c'était donc très positif, je vais donc me rattacher à leurs mots. Encore merci pour tes encouragements <3

  3. Je crois que je n’avais pas vu cet article…je suis désolée pour vous :/
    Mais je suis contente de lire que l’équipe qui t’entoure est super, c’est vraiment important !
    Je te souhaite aussi un joli bonheur prochainement :).

Répondre à Souris Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut